• Monnaie, monnaie

                                                                                                                

    Le rêve français : un petit bout de terrain pour y planter sa maisonnette et ... la voiture. Voilà comment, au fil de ces trois ou quatre dernières décennies, les centres-villes se sont dépeuplés au bénéfice de périphéries de plus en plus excentrées. Et au passage, "au détriment des terres agricoles, moins rémunératrices que la vente d'un bout de terrain" à un urbain.

    Le rêve ultime étant d'avoir une belle vue sur les Pyrénées, et si possible, un petit bassin pour les enfants. Vous comprenez d'où je  viens, on fait c'qu'on peux.

    Avec un impôt foncier moins cher et des impôts locaux moins élevés que dans la ville, ce fut la ruée vers les périphéries et même plus loin.

    Mais, car il y a un MAIS, avec un bilan carbone catastrophique pour des ménages souvent obligés d'avoir deux véhicules et des dépenses de carburant salées. C'est d'ailleurs surtout dans ces zones que l'on voit des gilets jaunes. Beaucoup moins, à quelques exceptions près, dans les zones de vraie pauvreté où la voiture est un luxe où ce ne sont pas de simples gilets qui vont permettre de surnager mais laissons les rêver. Dans tout ça où en est la planète? Fin de mois, fin du monde c'est un poil égoïste.

    « Pas que religieuxHiver 42 »
    Partager via Gmail