• Pas que religieux

    Les gargouilles, le Stryge ... fascinant

    L’une des sculptures de cet ensemble, dont un calque du dessin préparatoire est conservé, avait été placée vers 1850 à l’angle de la tour nord de la galerie de la cathédrale de Paris, du haut de laquelle se déploie le panorama de Paris. C’est la seule qui se soit ainsi individualisée par un nom, le Stryge, qu’elle doit au titre énigmatique d’une gravure de 1853 de Charles Meryon (1821-1868) la représentant, et accompagnée de ces vers :

     « L’insatiable Vampire, l’éternelle Luxure/Sur la Grande Cité convoite sa pâture. »

    « Mal être, c'est donc cela ...Monnaie, monnaie »
    Partager via Gmail