• Réveil pénible

     

     

     

    Le petit cortège avance à travers les courants d'air des couloirs, il est tôt il fait sombre et froid, le juge aux côtés d'un barbu pope est suivi d'une dizaine de personnes, le directeur de la prison, des assistants aux fonctions diverses, dont seule la bureaucratie soviétique connaît les attributions, tous vont vers la mort.               

    Ils sont pressés d'aller rejoindre Yvan qui les attend en haut de son gibet en compagnie de l'assistant. Yvan ne voulait plus de ces deux, trois... Ces assistants soit disant qualifiés qui au premier condamné tournent de l'œil en voyant le pendu pendre au bout de la corde les yeux exorbités, langue pendante animé de soubresauts.

     C'était au temps de l'union soviétique...

     

     

     

     

     

    « Gilets suiteProjection absurde? »
    Partager via Gmail